Femmes enceintes : faites attention aux dangers des produits chimiques !

Si les enfants sont exposés à certains produits chimiques pendant la grossesse, leur QI est réduit selon une étude suédoise. Les substances préoccupantes se trouvent entre autres dans les biens de consommation courante.

Les produits chimiques utilisés quotidiennement pendant la grossesse nuisent à l’enfant

Lorsque les mères en début de grossesse, au cours du premier trimestre, utilisent certains cosmétiques, produits de soins personnels ou même marchandises ; elles exposent leur enfant à des produits chimiques dangereux qui peuvent entraîner une baisse du QI de l’enfant.

Des scientifiques de l’école de médecine Icahn de l’université Mount Sinai à New York et de l’université de Karlstad en Suède ont publié leur étude dans la revue Environment International. Il s’agit de la première étude à examiner les effets des substances chimiques à action hormonale sur le développement embryonnaire du système nerveux chez les enfants.

Ces produits chimiques peuvent réduire le QI de votre enfant

Les scientifiques ont utilisé des échantillons de sang et d’urine pour vérifier l’exposition chimique de 718 femmes enceintes. Pour ce faire, ils ont déterminé les niveaux de 26 substances chimiques, dont les suivantes :

– bisphénol A (BPA), un plastifiant que l’on trouve dans les emballages plastiques des aliments et des boissons 

– bisphénol F (BPF), une substance de plus en plus utilisée à la place du BPA 

Les pesticides provenant de résidus dans les aliments, par exemple le chlorpyrifos, un insecticide autorisé dans l’UE et qui fait l’objet de discussions depuis un certain temps pour influencer les enfants à naître de telle sorte qu’ils courent un risque accru de TDAH (trouble déficitaire de l’attention) plus tard dans la vie:

– phtalates dans les plastiques PVC et certains produits cosmétiques 

– composés alkyliques polyfluorés contenus dans certains produits de nettoyage 

– triclosan, par exemple dans les savons antibactériens.

Certains des 26 produits chimiques sont également connus sous le nom de perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire des substances qui peuvent irriter le système endocrinien humain. Pour d’autres, un tel effet n’a jusqu’à présent été suspecté que parce qu’ils ont des propriétés similaires ou n’ont montré des effets hormonaux que dans des études sur les animaux.

Ce produit chimique a un effet particulièrement négatif sur le QI

Lorsque les enfants des participants à l’étude ont été examinés après sept ans, il a été constaté que les enfants, et en particulier les garçons, des mères les plus stressées pendant la grossesse avaient un QI plus faible.

Apparemment, le bisphénol F (BPF) a eu l’effet le plus important sur le QI des enfants. Cette substance est maintenant souvent utilisée à la place du BPA discrédité, mais n’est pas moins problématique. Carl-Gustaf Bornehag, professeur à l’université de Karlstad, a donc souligné que le BPF n’est en aucun cas plus sûr pour les enfants que le BPA.

Mais les autres substances chimiques mentionnées ci-dessus ont également eu un effet négatif sur le développement embryonnaire du système nerveux en termes de QI – et ce, alors qu’il est affirmé à plusieurs reprises que les substances chimiques ne sont restées dans le corps que pendant une courte période, ce qui indique que même un séjour aussi court de ces substances dans le corps humain peut avoir des effets clairement nocifs.

Les dommages causés par les produits chimiques pendant la grossesse sont irréversibles

La plupart des études de ce type n’examinent souvent que les effets d’un seul produit chimique, mais cela ne conduit pas à des résultats réalistes, car nous, les humains, sommes toujours exposés à plusieurs produits chimiques en même temps.

Même si la dose de chacun des ces produits est faible et ne serait pas nocive, de nombreux produits chimiques en même temps – tous à faible dose – peuvent causer des dommages considérables lorsqu’ils sont pris ensemble et interagissent avec le système endocrinien humain, a expliqué Eva Tanner, scientifique en médecine environnementale à l’université de Mount Sinai.

Ils passent à travers le placenta et exposent toujours l’enfant à naître à un risque de dommages irréversibles, car c’est précisément à ce stade de développement que les dommages sont irréversibles et affectent l’individu tout au long de sa vie.

Dans l’étude présentée, les influences n’ont été examinées qu’au début de la grossesse. On ne sait pas encore comment les produits chimiques affectent le deuxième ou le troisième trimestre.

Comment éviter les produits chimiques pendant la grossesse

Les femmes enceintes et celles qui veulent le devenir devraient donc, selon les chercheurs, essayer d’éviter tout contact avec les produits chimiques mentionnés afin de protéger leurs futurs enfants des dommages correspondants.

Le fenouil votre allié pendant la ménopause
Le cannabis vous rend-il stérile ?